DOUANES : LE POSTE DE ROSSO-SÉNÉGAL, « PRINCIPAL POURVOYEUR’’ EN RECETTES DE LA ZONE NORD (GOUVERNEUR)

Les recettes douanières mobilisées en 2018 au poste de Rosso-Sénégal, à la frontière avec la Mauritanie, se chiffrent à 6 milliards de francs CFA, a indiqué lundi, le gouverneur de la région de Saint-Louis (nord), Alioune Aïdara Niang.

« Le poste Rosso-Sénégal, le principal pourvoyeur en recettes douanières de la zone de la nord, a fait des recettes de 6 milliards de francs en 2018’’, a-t-il dit lors la célébration de la Journée internationale de la douane, à Rosso-Sénégal.

L’édition 2019 est axée sur le thème : « Des frontières SMART pour des échanges commerciaux fluides et le mouvement sans entrave des personnes et marchandises ».

Le chef de l’exécutif régional a relevé que les officiers, sous- officiers et agents de douane, travaillent de « manière intelligente avec les autres acteurs », notamment les opérateurs économiques, les transitaires et transporteurs, à travers un « partenariat gagnant-gagnant, sans entraver le mouvement des personnes et des biens ».

Les liens entre l’administration douanière et les opérateurs économiques qui participent aux échanges commerciaux, doivent être « basés sur la confiance, un esprit de complémentarité, de sécurité et de respect des procédures, pour assurer la réception des services dans des délais et dans la transparence », a-t-il dit.

Le gouverneur a invité les opérateurs économiques à « davantage protéger l’économie nationale, contre la fraude qui déstabilise les Etats ».

Selon lui, avec le changement de paradigme, la douane sénégalaise, dotée d’une feuille route claire, a opté pour « une nouvelle approche, par facilitation partenarial avec les opérateurs économiques », comme l’illustre le thème de cette année.

 

Niakhar: le meeting de Tanor Dieng interrompu par des jets de pierres

Le meeting du Secrétaire général du Parti socialiste (Ps), Ousmane Tanor Dieng, a été interrompu ce week-end à Niakhar par des jets de pierres attribués aux militants de Me Bassirou Ngom, relaie le journal L’As.

Ousmane Tanor Dieng était à Niakhar dans le Sine pour présider un meeting de mobilisation et d’animation de la coalition présidentielle, initié par le Haut conseiller des collectivités territoriales, Oumar Diouf. Malgré l’implication de toutes les sensibilités à l’organisation, un incident a failli faire capoter la rencontre.

Des proches de l’avocat Me Bassirou Ngom ont voulu interrompre la manifestation pour la simple raison qu’un poste important dans le comité électoral et dans l’organisation même du meeting, n’a pas été attribué à leur leader, affirme le journal qui cite sa propre source.

Des accusations sont balayées d’un revers de main par l’avocat qui déclare que ceux qui véhiculent ce message cherchent à ternir son image. « Je suis occupé à travailler pour le président Macky Sall. Je ne suis pas dans ces bassesses. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent. Moi, je travaille et j’ai la conscience tranquille », laisse-t-il entendre.

Présidentielle 2019 : Aïssata Tall Sall rejoint Macky Sall

L’édile de Podor, Me Aïssata Tall Sall, avait révélé qu’elle reçoit « tous les jours une forte pression venant de personnalités maraboutiques qui lui demandent de rejoindre le camp présidentiel ».

Selon L’As qui donne l’information, la présidente de «Osez l’avenir» a finalement décidé de rejoindre la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby).  Le journal indique qu’elle va annoncer officiellement son soutien à la candidature de Macky Sall la semaine prochaine.

Walf Quotidien et Les Échos précisent qu’Aïssata Tall Sall a convié, aujourd’hui lundi, tous les responsables de son mouvement «Osez l’avenir» pour officialiser son soutien au président de la République. Ce, en présence de tous les chefs religieux du département de Podor.

BARAYA : « je soutiens Macky SALL. Ma décision est irrévocable » (vidéo)

Le coordonnateur de la fédération départementale du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) à Saint-Louis officialise son soutien pour  la candidature de Macky SALL à la présidentielle.

Interrogé par NDARINFO en marge d’une assemblée générale tenue à GUET-NDAR, il a confié que cet engagement a été pris suite à des consultations faites avec sa base politique éparpillée un peu partout au Sénégal.

« Benno Bokk Yakar avait obtenu 43 % au scrutin précèdent. Nous travaillons à lui offrir 65% de l’électorat », a-t-il assuré.

« Il faut reconnaître qu’il y a des avancées significatives dans ce pays. Le Sénégal est dans une voie de construction. Je soutiens Macky SALL. Ma décision est irrévocable », soutient l’opérateur économique qui signale qu’il n’a pas « rallié » les rangs de l’Alliance pour la République (APR).

BARAYA annonce par ailleurs la mise en place de « sentinelles de la paix » à Saint-Louis. « Elles vont ceinturer tous les bureaux de vote pour qu’un calme plat puisse régner dans la cité et que les élections se déroulent dans un climat paisible ».

Affaire des 94 milliards : Cissé Lô favorable à une enquête parlementaire après…

Le député Moustapha Cissé Lô est favorable à l’ouverture d’une enquête parlementaire sur l’affaire des 94 milliards. «Quand il y a du bruit autour de l’argent, notamment des milliards, l’Assemblée nationale doit prendre la balle au bond et essayer de connaître la vérité», indique-t-il en marge d’une visite des stands de la 4ème édition de la Foire internationale de Kaolack, ce dimanche.

Il rappelle : «Il s’agit d’un Inspecteur des impôts et domaines, de surcroit député (Ousmane Sonko), qui a déclaré que 94 milliards ont été détournés et volés. De telles allégations sont extrêmement graves dans un pays de droit, de démocratie et de justice. Donc, nous devons voir en tant que député, de la véracité des accusations.»

Pour le timing d’une éventuelle initiative parlementaire, le président du parlement de la Cedeao se projette après la présidentielle du 24 février prochain : «L’Assemblée doit savoir, si c’était de l’argent inscrit quelque part dans le budget, comment il a été reçu pour être distribué et même mis dans des comptes. C’est un problème très sérieux. J’appuierai le président du groupe (parlementaire Benno) et les autres groupes pour que cette question soit élucidée.»

Ce n’est pas la peine, cher Aymérou. Le Proc suffit.

En lisant Aymérou Gningue, le président du groupe parlementaire de BBY, j’ai l’impression d’être un invité qui s’est trompé de dimanche.

Depuis un an que Sonko demande au Procureur du Roy (pardon de la République), d’ouvrir une enquête sur une somme de 94 milliards disparue du trésor de guerre de l’Etat, c’est seulement maintenant que l’Ayméroux se manifeste.

Non pas pour appuyer la demande de son adversaire politique, mais plutôt, en suggérant à Ousmane Sonko d’apporter les preuves qu’il dit détenir sur l’affaire du présumé détournement, à la commission d’enquête, qui sera installée à l’Assemblée nationale.

Comme à la CREI, quoi !

 

« Je crois que M. Sonko, qui est un député et un représentant qualifié de la Nation sénégalaise, à partir du moment où il détient des preuves probantes, il peut les apporter à la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, car les faits sont extrêmement graves »

 

Mdrrrr !

 

De quelle commission d’enquête parlementaire veut-il encore nous parler, quand on sait que notre hémicycle souffre d’apoplexie,  respire par la bouche et non le nez ?

Que devient le Procureur dans toute cette affaire alors qu’il a le loisir de s’autosaisir au moins deux fois, toutes les 24 heures, tant les vacances judiciaires laissent beaucoup de temps libre ?

«Sama gars yi dal, ils sont forts. Pas étonnant que cette période préélectorale rappelle vachement 2012, comme auraient dit les bouchers.

Cébé

LE SERVITEUR DE LA COMMUNAUTÉ OMARIENNE INVITÉ À PRIER POUR UNE PRÉSIDENTIELLE APAISÉE

Le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a invité dimanche, Thierno Madani Tall, Serviteur de la communauté Omarienne, à formuler des prières pour la tenue d’une élection présidentielle apaisée le 24 février prochain au Sénégal.

S’exprimant en wolof lors de la cérémonie officielle de la Ziarra annuelle dédiée à Thierno Seydou Nourou Tall et à Thierno Mountaga Tall, le ministre de l’Intérieur a notamment insisté sur l’importance de ces prières pour ‘’une bonne tenue de cette élection à laquelle participent cinq dignes fils du Sénégal’’.

Aly Ngouille, à la tête d’une délégation gouvernementale, dépêchée à la manifestation religieuse organisée à la Grande mosquée Omarienne située sur la Corniche Ouest à Dakar, a réaffirmé l’attachement que le chef de l’Etat vouait aux familles religieuses du Sénégal.

Le Serviteur de la communauté Omarienne, par la voix d’un porte-parole, avait auparavant, lancé un appel à la retenue et à la responsabilité afin de préserver la stabilité du pays.

Des milliers de fidèles musulmans du Sénégal et de l’étranger ont participé à la 39ème édition de cet événement religieux démarré vendredi par des séances de lecture du Saint Coran et des causeries religieuses.

Diourbel : 13 eme Journée championnat Ligue Pro la Sonacos signe une victoire importante face au Casa-Sports

C’est le match de la résurrection et les joueurs comme les dirigeants de la Sonacos l’avaient compris. Ainsi ce dimanche, ils ont mis tous les atouts de leur côté pour remporter cette partie, face à une équipe du Casa amputée de sa paire d’attaque.

Le héros pour les huiliers Mame Mor Gueye Fall l’auteur du seul but de la partie à la 50 eme minute a été très costaud face à l’axe central du Casa. Un match riche en rebondissements avec surtout le Casa Sports avec sa chorale de supporteurs a fait vibrer le stade du Président Lamine Gueye de Kaolack.

SUR LA MORT DE SA MILITANTE MARIAMA SAGNA Ousmane Sonko accuse le pouvoir

Le président de Pastef Les Patriotes a tenu ce samedi un meeting à Ziguinchor, qui a réunit les militants des trois régions de la verte casamance. Au cours de cette communion avec ses militants, Ousmane Sonko, dans son discours, est revenu sur ce qu’il a appelé les épisodes difficiles que son parti est entrain de traverser. A savoir : la mort de Mariama Sagna, le saccage de son siège, et la visite des gendarmes à son siège de Ziguinchor.

 Lors de son meeting, tenu le weekend dernier, à Ziguinchor,  qui a vu la participation des militants de la région naturelle de casamance, Ousmane Sonko a pointé le doigt accusateur le Gouvernement du Sénégal d’être « l’instigateur » de la mort de sa militante de keur Massar, Mariama Sagna.

 « Ce crime concernant la mort de Mariama Sagna ne restera pas impuni. Nous à Pastef, on ne lâche jamais, et personne ne peut nous intimider, nous corrompre. Et le président Macky Sall le sait bien. Nous condamnons la façon dont est géré le dossier de Mariama Sagna par le Procureur, avec toute sa précipitation. Il veut nous faire croire que c’est un crime crapuleux, mais pas politique.  C’est un procureur qui est à la solde de Macky Sall », déclare le président de la coalition « Sonko président ».

 S’adressant directement au Gouvernement, Ousmane Sonko d’indiquer, « tôt ou tard, la lumière sera faite sur l’assassinat de Mariama Sagna ».

  Poursuivant, M. Sonko est revenu sur les autres péripéties « difficiles » qu’a connues son parti depuis sa création.

  « Les actes lâches ont commencé avec l’assassinat de Mariama sagna, qui se sont poursuivis avec l’agression de certains de nos militants. Il y a aussi l’agression de la gendarmerie contre nos militants de Ziguinchor », déclare t il.

Considérant aussi que le saccage de son siège de Dakar d’acte lâche, Ousmane Sonko accuse sans porter de gants le maire de Yoff, Abdoulaye Diouf Sarr, d’être derrière cette scène de violence qu’a connue sa permanence.

  « Ils ont peur de  la percée de notre coalition », soutient Ousmane Sonko, le samedi dernier lors du meeting qu’il a tenu à Ziguinchor, à la place Bambaya.

OUSMANE SONKO EN MEETING A ZIGUINCHOR « Je ne me réclame pas de région, d’une ethnie ou d’un village, je suis un trait entre tout le Sénégal »

La coalition « Sonko président » a tenu le weekend dernier un meeting à Ziguinchor. Lors duquel, son président, Ousmane Sonko, accompagné de ses alliés, a mis fin aux rumeurs qui le qualifient de régionaliste, ou son appartenance à une éthnie.

 « Je suis de la Casamance, mais je suis de partout du Sénégal par la grâce de Dieu », déclare d’emblée Ousmane Sonko, devant ses militants pour couper court aux rumeurs qui lui collent une étiquette de régionaliste.

  Poursuivant son discours, le candidat à la présidentielle de soutenir, « je suis un trait d’union entre tout le Sénégal. C’est un don de Dieu, je L’en remercie. Il n y a pas plus sénégalais que moi ».

 Le président de Pastef d’augmenter, « je ne me réclame pas de région, d’une ethnie,  de village ou d’un  quartier. Je me réclame de tous les sénégalais. Et, je me bats pour l’intérêt de tous les sénégalais ».

Faisant le portrait du futur président que les sénégalais doivent élire au soir du 24 février, il indique ainsi.

 « On ne choisit pas un président parce qu’on est de la même ethnie. On ne le choisit pas parce qu’on est de la même région, c’est lui qui me plait ou qui m’a donné de l’argent », dit t il.

 De l’avis d’Ousmane Sonko, on choisit un président de par sa compétence, et son intégrité.